Cameroun et Gabon : Mission de découverte du secteur ferroviaire en Afrique Centrale

Salon ou rencontre B to B

  • 17 au 20 février 2014 - Cameroun, Gabon, Libreville, Douala
  • Organisateur(s) : Bureau UBIFRANCE de Douala
  • Contact : Loïc TCHUENKAM
  • Téléphone : +237 33 42 90 62
  • Adresse : Immeuble Indigo – Bonapriso - Douala DOUALA
En savoir plus :

Résumé

Le réseau férré en Afrique centrale se modernise, saisissez les opprtunités d'affaires !

Le secteur ferroviaire en Afrique centrale est caractérisé par des infrastructures vétustes (généralement héritées de l'époque coloniale). Les pays sont donc engagés dans de vastes programmes de réhabilitation, rénovation des voies, renouvellement du matériel roulant, etc.

CAMEROUN
Une concession de 15 ans a été octroyée en 1999 à Camrail (filiale à 77% du groupe Bolloré), prolongée depuis jusqu’en 2034, pour :
- L'exploitation technique et commerciale des services de transport ferroviaire; La maintenance, le renouvellement, l'aménagement et l'exploitation des infrastructures ferroviaires;
- La gestion courante du domaine ferroviaire. Un programme d’investissements de 350 M EUR est en cours pour (entre autres) :
- L’entretien et l’acquisition de nouveaux matériels roulants (locomotives, wagons,…);
- L’entretien et le renouvellement des voies;

À noter qu’un schéma directeur ferroviaire a été rédigé et présenté début 2012 par Korea Port Engineering Corporation, prévoyant la construction de plus de 2 000 km de nouvelles voies, en lien notamment avec la mise en route de plusieurs projets miniers.

GABON :
L’exploitation a été confiée depuis 2003 à la Société d’exploitation du Transgabonais (SETRAG), qui est une filiale du groupe minier français Eramet. - Les dirigeants de la Setrag ont annoncé qu’un programme d’investissement sera établi sur  la période 2012-2014: SETRAG compte investir de 57 à 76 M USD par an durant ces trois années. Ce qui détermine un plan d’investissement de plus de 100 Mds XAF (150 M EUR) destinés à la rénovation de la ligne de chemin de fer, l’acquisition de matériel neuf et l’amélioration de l’exploitation. A noter que la SNCF est le principal partenaire technique de la Setrag.